mercredi 6 mai 2009

Dépotoirs à ciel ouvert

Murielle Chatelier
Le Journal de Montréal
5 janvier 2009


Depuis plus d'une semaine, certaines artères de la ville ont des allures de véritables dépotoirs. Les sacs de poubelle remplis d'ordures s'entassent sur les trottoirs enneigés et les citoyens, exaspérés, se demandent pourquoi la Ville ne les ramasse pas.

«Ça me fait penser à Bogota», lance tout de go Jean Bédard, résidant du quartier Villeray.

Cette situation déplorable a pu être observée dans les arrondissements Villeray-Saint-Michel-Parc-Extension et Mercier-Hochelaga-Maisonneuve.

«Je ne sais pas ce qui se passe. J'ai vu des tas de poubelles à plusieurs endroits dans la ville», soutient Bill Connor.

Dans certains coins, les poubelles sont sur la chaussée depuis si longtemps que les chats errants ont commencé à fouiller dedans et à en répandre le contenu.

«Ça n'a pas de bon sens et c'est dégueulasse. Je ne comprends vraiment pas pourquoi la Ville ne fait pas son travail», s'insurge Marie Rose.

Plusieurs ont émis l'hypothèse que le temps des Fêtes est la cause de ce laxisme, bien que les jours de collecte ne tombaient pas tous sur des jours fériés.

Il est bien indiqué sur le site de la Ville de Montréal que, dans plusieurs arrondissements, les collectes de Noël et du jour de l'An n'auraient pas lieu, mais il est aussi précisé qu'elles seraient reportées tout au plus d'un jour ou deux.

Pourtant, le dernier passage des cols bleus dans certaines rues remonterait... au 22 décembre !

Changements d'horaires

Selon un porte-parole de l'arrondissement Mercier-Hochelaga-Maisonneuve, des «changements en cours» dans la collecte des ordures ménagères pourraient affecter le service.

«Depuis le 29 décembre, les horaires de cueillette ont changé. Mais du 10 au 22 décembre, une campagne de promotion a été menée porte à porte pour informer les citoyens», avance Pierre-Emmanuel Larouche.

Contactés par le Journal, les quelques membres du personnel du réseau Accès Montréal, qui devraient pouvoir renseigner les citoyens à ce sujet, ne sont eux-mêmes pas au courant de ces modifications.

«Comme c'est nouveau, il se peut qu'il y ait des ajustements à faire», admet M. Larouche, qui précise aussi que de nouveaux contrats d'entretien négociés depuis peu sont à l'origine de ces changements.

Dans ce seul arrondissement, 32 horaires différents ont été modifiés.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire