mercredi 6 mai 2009

Sauvée par le Portage

Murielle Chatelier
Le Journal de Montréal

Droguée, enceinte, sans ressources et glacée par le vent froid d'automne, Anna-Aude Caouette n'en pouvait plus de ses dix-sept ans de toxicomanie. Sa peur de mourir dans la rue l'a guidée vers son premier chez-soi : l'organisme Portage.

«C'est vraiment bizarre. J'ai tellement voulu être normale, mais je me suis toujours trouvée différente. C'est ce sentiment d'exclusion qui m'a fait sombrer», raconte la jeune femme de 27 ans.

En avril dernier, sa dépendance à la drogue, qui perdurait depuis son enfance, l'a poussée à demander de l'aide au centre de traitement Portage, de Montréal.

Gelée, elle traînait dans les rues à six mois de grossesse. Et c'est là qu'elle a touché le fond.

«Quand je suis arrivée à Portage, j'en pouvais plus. J'étais rendue loin. Le froid, la peur, la rue, la drogue, j'étais tannée. J'ai même dû abandonner ma première fille pour cette vie-là.»

Pas différente

Avec son nouveau-né sous le bras, Anna-Aude a entamé sa thérapie habitée par le même sentiment de différence qui l'a toujours suivie.

«Au début, je regardais les autres toxicomanes de haut parce que je me trouvais différente. La cohabitation était vraiment difficile», dit-elle.

C'est pourtant à travers leur regard qu'elle a fait une découverte qui a changé bien des choses dans sa vie.

«Je me suis rendue compte que ma différence était dans ma tête. Finalement, je suis comme tout le monde.»

Second souffle

Après six mois de thérapie, la jeune femme a vaincu sa toxicomanie. Mais cette réussite n'est pas sa plus grande fierté.

«J'ai retrouvé ma grande fille de 8 ans, et c'est ça que je voulais. Elle n'avait rien demandé cette petite, et je lui en ai fait voir de toutes les couleurs», soupire-t-elle.

À court terme, elle compte se consacrer uniquement à ses enfants, «être une petite maman à la maison».

«Plus tard, je rêve de faire de l'intervention. Je veux faire transcender mon expérience, pour qu'elle serve à ceux qui, comme moi, auront besoin d'aide.»

L'organisme Portage a célébré, hier, la victoire de 150 personnes sur leurs problèmes de toxicomanie.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire