mercredi 6 mai 2009

Un courage exceptionnel

Murielle Chatelier
Le Journal de Montréal

Par une température de seulement 11 degrés, Geneviève n'a pas hésité à plonger dans le fleuve Saint-Laurent pour sauver une dame âgée de la noyade. Aujourd'hui, son geste lui vaudra d'être honorée au Parlement.

L'événement s'est produit le matin du 19 octobre 2006, tandis que la jeune femme de 27 ans à l'époque promenait tranquillement son chien.

Tout énervé, un passant l'a abordée pour lui demander si elle avait un cellulaire. Une désespérée se noyait à quelques pas d'eux.

Machinalement, la résidante de Verdun s'est dirigée vers le quai, où trois personnes assistaient impuissantes à la scène.

«Quand je suis arrivée, j'ai vu la personne dans l'eau relever la tête pour respirer, dit Geneviève. Je me suis dit : elle est vivante ! Je peux la sauver !»

Plonger

Pendant qu'elle conversait avec les passants, elle s'est mise à enlever son manteau et ses souliers.

«La seule chose qui m'inquiétait, c'était la froideur de l'eau. Je savais que je pouvais y arriver, mais je devais me dépêcher et ne pas m'arrêter.»

Faisant fi des inquiétudes exprimées par les personnes présentes, elle a sauté à l'eau.

«Ce sont les passants qui m'ont guidée dans l'eau, parce que je ne voyais pas grand-chose. J'ai réussi à rejoindre la dame, et je l'ai retournée pour la traîner vers la berge.»

Rendue sur la terre ferme, elle a constaté que la personne âgée qu'elle venait de sauver respirait normalement.

Presque aussitôt, les secours sont arrivés pour prendre soin des deux femmes. Et Geneviève n'a jamais su l'identité de celle pour qui elle a risqué sa vie.

«Quand l'ambulance m'a ramenée chez moi, j'ai pris une douche et je suis partie travailler, comme d'habitude.

«Le reste de la journée a été tellement normal que je me suis demandée si j'avais vraiment sauvé quelqu'un !», s'exclame la jeune femme.

Acte de bravoure

Pour le ministère de la Justice, cette journée où Geneviève Bergeron-Collin a sauvé une dame âgée de la noyade n'a rien de banal.

Aujourd'hui, son geste héroïque, ainsi que celui de 42 autres personnes, sera honoré au Parlement. Un hommage auquel elle ne s'attendait pas.

«J'ai reçu une lettre il y a environ trois semaines, qui m'invitait à Québec pour une cérémonie.

«Je suis vraiment très fière, mais quand on saute à l'eau comme ça, ce n'est certainement pas à une médaille qu'on pense !»

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire